french.xinhuanet.com
 

Le tribunal arbitral qui a examiné le litige en mer de Chine méridionale ne correspond pas à la Cour permanente d'arbitrage (experts)

                 French.xinhuanet.com | Publié le 2016-07-17 à 18:00

HONG KONG, 17 juillet (Xinhua) -- Le tribunal arbitral qui s'est prononcé sur le différend en mer de Chine méridionale ne correspond pas à la Cour permanente d'arbitrage (CPA), ont souligné des experts présents au Colloque de droit public international sur le règlement des différends maritimes qui s'est tenu à Hong Kong ce week-end.

Le tribunal arbitral n'est qu'un tribunal spécial constitué en vertu de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (CNUDM), a indiqué samedi Myron Nordquist, professeur à l'université de Virginie. La sentence arbitrale sur le litige en mer de Chine méridionale n'a donc pas été rendue par la CPA, a-t-il souligné.

Selon Kuen-chen Fu, professeur à l'Université de Xiamen, a reconnu que le nom de la CPA portait à confusion. Il a estimé que celle-ci ne devrait plus porter le nom de "Cour", car il ne s'agit pas d'une institution des Nations Unies et elle ne devrait pas être confondue avec la Cour internationale de justice (CIJ), qui est l'organe judiciaire de l'ONU.

S'exprimant lors d'une réunion de deux jours organisée conjointement par le Centre d'arbitrage international de Hong Kong et la Société chinoise de droit international, le professeur Stefan Talmon de l'Université de Bonn a remis en question la constitution du tribunal spécial.

Il a en effet estimé qu'un tribunal comptant plus d'arbitres pourrait aboutir à une décision plus équilibrée, car le tribunal spécial qui a rendu une décision sur le litige en mer de Chine méridionale ne comptait que cinq arbitres.

M. Talmon a en outre souligné que plus de 160 pays étaient parties à la CNUDM, mais que 30 seulement avaient désigné des arbitres, dont trois pays asiatiques seulement.

Les parties devraient prendre la nomination d'arbitres plus au sérieux si elles souhaitent des décisions moins partiales à l'avenir, a-t-il estimé.

Le colloque de deux jours a attiré plus de 200 experts en droit venus du monde entier pour discuter des questions liées au règlement des différends maritimes.

 
分享
Shunji Yanai, le manipulateur derrière l'arbitrage illégal sur la mer de Chine méridionale (ANALYSE)
Mer de Chine méridionale : manifestation chinoise à Londres contre l'arbitrage injuste
La Chine soutient la Lettonie dans l'organisation de la réunion des dirigeants Chine-PECO
La Chine soutient la Lettonie dans l'organisation de la réunion des dirigeants Chine-PECO
La Chine et la Mongolie vont doper leur coopération dans l'agriculture et la construction 
d'infrastructures
La Chine et la Mongolie vont doper leur coopération dans l'agriculture et la construction d'infrastructures
Arrivée du PM chinois en Mongolie pour une visite officielle et le sommet Asie-Europe
Arrivée du PM chinois en Mongolie pour une visite officielle et le sommet Asie-Europe
La demande intérieure est le pilier clé de l'économie chinoise (Li Keqiang)
La demande intérieure est le pilier clé de l'économie chinoise (Li Keqiang)
Organisation du 18e sommet Chine-UE à Beijing
Organisation du 18e sommet Chine-UE à Beijing
La marine chinoise organise un exercice de combat en mer de Chine méridionale
La marine chinoise organise un exercice de combat en mer de Chine méridionale
La Chine ne sera pas forcée d'accepter la décision d'arbitrage sur la mer de Chine 
méridionale
La Chine ne sera pas forcée d'accepter la décision d'arbitrage sur la mer de Chine méridionale
Li Keqiang s'engage à intégrer davantage les stratégies de développement de la Chine 
et de la PNG
Li Keqiang s'engage à intégrer davantage les stratégies de développement de la Chine et de la PNG
Retour en haut de la page

Le tribunal arbitral qui a examiné le litige en mer de Chine méridionale ne correspond pas à la Cour permanente d'arbitrage (experts)

French.xinhuanet.com | Publié le 2016-07-17 à 18:00

HONG KONG, 17 juillet (Xinhua) -- Le tribunal arbitral qui s'est prononcé sur le différend en mer de Chine méridionale ne correspond pas à la Cour permanente d'arbitrage (CPA), ont souligné des experts présents au Colloque de droit public international sur le règlement des différends maritimes qui s'est tenu à Hong Kong ce week-end.

Le tribunal arbitral n'est qu'un tribunal spécial constitué en vertu de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (CNUDM), a indiqué samedi Myron Nordquist, professeur à l'université de Virginie. La sentence arbitrale sur le litige en mer de Chine méridionale n'a donc pas été rendue par la CPA, a-t-il souligné.

Selon Kuen-chen Fu, professeur à l'Université de Xiamen, a reconnu que le nom de la CPA portait à confusion. Il a estimé que celle-ci ne devrait plus porter le nom de "Cour", car il ne s'agit pas d'une institution des Nations Unies et elle ne devrait pas être confondue avec la Cour internationale de justice (CIJ), qui est l'organe judiciaire de l'ONU.

S'exprimant lors d'une réunion de deux jours organisée conjointement par le Centre d'arbitrage international de Hong Kong et la Société chinoise de droit international, le professeur Stefan Talmon de l'Université de Bonn a remis en question la constitution du tribunal spécial.

Il a en effet estimé qu'un tribunal comptant plus d'arbitres pourrait aboutir à une décision plus équilibrée, car le tribunal spécial qui a rendu une décision sur le litige en mer de Chine méridionale ne comptait que cinq arbitres.

M. Talmon a en outre souligné que plus de 160 pays étaient parties à la CNUDM, mais que 30 seulement avaient désigné des arbitres, dont trois pays asiatiques seulement.

Les parties devraient prendre la nomination d'arbitres plus au sérieux si elles souhaitent des décisions moins partiales à l'avenir, a-t-il estimé.

Le colloque de deux jours a attiré plus de 200 experts en droit venus du monde entier pour discuter des questions liées au règlement des différends maritimes.

Les articles concernés

On recommande | Plus de photos

010020070770000000000000011101841355195871