french.xinhuanet.com
 

(VOIX DE XINHUA) L'Europe doit renoncer à sa politique interventionniste afin de remédier à la crise migratoire

                 French.xinhuanet.com | Publié le 2016-03-07 à 21:49


Des réfugiés et migrants arrivent au port du Pirée, à Athènes, en Grèce, le 1er février 2016.(Xinhua/Marios Lolos)

Par Wu Liming et Huang Han

BEIJING, 7 mars (Xinhua) -- Le sommet Union Européenne-Turquie sur la crise migratoire se tiendra lundi à Bruxelles dans le but de trouver une solution à la pire crise des réfugiés et migrants qu'ait connue l'Europe depuis la Seconde Guerre mondiale. Dès l'éclatement de cette crise en été dernier, l'UE a organisé plusieurs sommets à ce sujet, mais n'a toujours pas réussi à trouver de remède efficace.

Alors que le printemps est arrivé, l'incapacité du bloc à résoudre la crise migratoire ne peut que faire se dégrader la situation. Selon les derniers chiffres de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), un total de 134.905 réfugiés et migrants ont atteint le sol européen par la mer depuis le début de l'année. En février seul, environ 35.132 migrants, en majorité des Syriens (48%), des Afghans (25%) et des Irakiens (17%), ont atteint les îles grecques après avoir traversé la mer Égée.

Parallèlement, le système Schengen a également été mis à l'épreuve. Mis en place il y a plus de 20 ans, l'espace Schengen regroupe les 26 pays membres de l'UE mais subit depuis l'année dernière une pression très forte suite à l'afflux massif de plusieurs millions de réfugiés. Cet afflux sans fin de migrants a contraint un certain nombre de pays, tels que l'Allemagne, la Suède et le Danemark, à remettre en place des contrôles aux frontières, laissant craindre l'effondrement de ce symbole de l'intégration européenne, ce qui aurait un effet dramatique sur la croissance économique en Europe et pourrait mettre en danger la prospérité du continent.

Depuis l'éclatement de la crise migratoire, bien que les pays européens prennent des mesures, chacun a ses propres intentions et personne ne veut faire de compromis à ses propres intérêts. Certains pays ne veulent pas faire preuve de solidarité européenne, alors que 125.819 réfugiés et migrants ont débarqué sur des îles grecques, et 9.086 autres ont atteint les côtes italiennes depuis le début de l'année. Des pays tels que la Hongrie et l'Autriche ont mis en place des contrôles à leurs frontières afin de freiner l'entrée de réfugiés, alors que l'Allemagne insiste sur sa politique consistant à accueillir les réfugiés à bras ouverts.

Lors du sommet UE-Turquie de lundi, l'Europe espère progresser sur deux questions clés : la réduction du nombre de réfugiés arrivés et la répartition des réfugiés sur le sol européen. Même si l'on arrive à des accords pour résoudre ces deux principaux problèmes, la crise migratoire ne sera résolue en surface.

En effet, cet afflux de migrants vers l'Europe a été l'une des conséquences directes de cinq années d'escalade de tensions au Moyen-Orient, notamment en Syrie, pays déchiré par une guerre civile qui a éclaté en mars 2011 et qui a causé la mort de plus de 250.000 personnes. L'escalade des tensions dans la région est, dans une certaine mesure, imputable à la politique interventionniste de l'Occident.

Pour résoudre totalement la crise migratoire, il faut restaurer au plus vite possible la paix et la stabilité au Moyen-Orient et il est donc temps pour l'Europe de renoncer à sa politique interventionniste.

Lire aussi:

France-crise migratoire : Calais à nouveau au coeur des débats (SYNTHESE)

PARIS, 5 mars (Xinhua) -- Entre le démantèlement de la "Jungle", la prise en charge des revendications des élus calaisiens, l'investissement supplémentaire du Royaume-Uni pour la sécurisation de l'accès au Tunnel et du port, la crise migratoire de Calais fait à nouveau l'actualité en France.

 
分享
Une exposition féline internationale à Vilnius
Une exposition féline internationale à Vilnius
Nouvelles photos de Liu Shishi
Nouvelles photos de Liu Shishi
Le printemps est arrivé en Chine !
Le printemps est arrivé en Chine !
La vie d'un jeune entrepreneur au Xinjiang
La vie d'un jeune entrepreneur au Xinjiang
En images : le métro de Séoul se met sur son 31
En images : le métro de Séoul se met sur son 31
Les monts Huang veulent accueillir Obama
Les monts Huang veulent accueillir Obama
Galerie : la tour Burj Khalifa foudroyée
Galerie : la tour Burj Khalifa foudroyée
Nouvelles photos de l'actrice chinoise Zhao Wei
Nouvelles photos de l'actrice chinoise Zhao Wei
Retour en haut de la page

(VOIX DE XINHUA) L'Europe doit renoncer à sa politique interventionniste afin de remédier à la crise migratoire

French.xinhuanet.com | Publié le 2016-03-07 à 21:49


Des réfugiés et migrants arrivent au port du Pirée, à Athènes, en Grèce, le 1er février 2016.(Xinhua/Marios Lolos)

Par Wu Liming et Huang Han

BEIJING, 7 mars (Xinhua) -- Le sommet Union Européenne-Turquie sur la crise migratoire se tiendra lundi à Bruxelles dans le but de trouver une solution à la pire crise des réfugiés et migrants qu'ait connue l'Europe depuis la Seconde Guerre mondiale. Dès l'éclatement de cette crise en été dernier, l'UE a organisé plusieurs sommets à ce sujet, mais n'a toujours pas réussi à trouver de remède efficace.

Alors que le printemps est arrivé, l'incapacité du bloc à résoudre la crise migratoire ne peut que faire se dégrader la situation. Selon les derniers chiffres de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), un total de 134.905 réfugiés et migrants ont atteint le sol européen par la mer depuis le début de l'année. En février seul, environ 35.132 migrants, en majorité des Syriens (48%), des Afghans (25%) et des Irakiens (17%), ont atteint les îles grecques après avoir traversé la mer Égée.

Parallèlement, le système Schengen a également été mis à l'épreuve. Mis en place il y a plus de 20 ans, l'espace Schengen regroupe les 26 pays membres de l'UE mais subit depuis l'année dernière une pression très forte suite à l'afflux massif de plusieurs millions de réfugiés. Cet afflux sans fin de migrants a contraint un certain nombre de pays, tels que l'Allemagne, la Suède et le Danemark, à remettre en place des contrôles aux frontières, laissant craindre l'effondrement de ce symbole de l'intégration européenne, ce qui aurait un effet dramatique sur la croissance économique en Europe et pourrait mettre en danger la prospérité du continent.

Depuis l'éclatement de la crise migratoire, bien que les pays européens prennent des mesures, chacun a ses propres intentions et personne ne veut faire de compromis à ses propres intérêts. Certains pays ne veulent pas faire preuve de solidarité européenne, alors que 125.819 réfugiés et migrants ont débarqué sur des îles grecques, et 9.086 autres ont atteint les côtes italiennes depuis le début de l'année. Des pays tels que la Hongrie et l'Autriche ont mis en place des contrôles à leurs frontières afin de freiner l'entrée de réfugiés, alors que l'Allemagne insiste sur sa politique consistant à accueillir les réfugiés à bras ouverts.

Lors du sommet UE-Turquie de lundi, l'Europe espère progresser sur deux questions clés : la réduction du nombre de réfugiés arrivés et la répartition des réfugiés sur le sol européen. Même si l'on arrive à des accords pour résoudre ces deux principaux problèmes, la crise migratoire ne sera résolue en surface.

En effet, cet afflux de migrants vers l'Europe a été l'une des conséquences directes de cinq années d'escalade de tensions au Moyen-Orient, notamment en Syrie, pays déchiré par une guerre civile qui a éclaté en mars 2011 et qui a causé la mort de plus de 250.000 personnes. L'escalade des tensions dans la région est, dans une certaine mesure, imputable à la politique interventionniste de l'Occident.

Pour résoudre totalement la crise migratoire, il faut restaurer au plus vite possible la paix et la stabilité au Moyen-Orient et il est donc temps pour l'Europe de renoncer à sa politique interventionniste.

Lire aussi:

France-crise migratoire : Calais à nouveau au coeur des débats (SYNTHESE)

PARIS, 5 mars (Xinhua) -- Entre le démantèlement de la "Jungle", la prise en charge des revendications des élus calaisiens, l'investissement supplémentaire du Royaume-Uni pour la sécurisation de l'accès au Tunnel et du port, la crise migratoire de Calais fait à nouveau l'actualité en France.

On recommande | Plus de photos

010020070770000000000000011100001351644981