La robe en mousseline simple sans doublure : miracle du tissage de la soie de l'Antiquité chinoise

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-05-19 à 18:02

CHANGSHA, 19 mai (Xinhua) -- Le musée provincial du Hunan abrite un trésor national, la Susha Danyi, robe en mousseline de soie simple et sans doublure. Il s'agit du vêtement le plus ancien, le plus fin et le plus léger du monde. Fine comme des ailes de cigale, légère comme la brume et possédant une texture exquise, la Susha Danyi marque l'apogée de la technologie textile de la période des Han occidentaux.

De 1972 à 1974, les archéologues ont découvert trois tombes datant des Han occidentaux dans la colline de Mawangdui, en banlieue est de Changsha, dans la province chinoise du Hunan (centre). L'exhumation de milliers d'objets archéologiques précieux et de la dépouille d'une femme de la dynastie Han constitue l'une des découvertes archéologiques majeures du 20e siècle en Chine et dans le monde.

La Susha Danyi a été mise au jour dans la tombe numéro 1 du site de Mawangdui. Il s'agit de la sépulture de Xin Zhui, également connue sous le nom de marquise de Dai. D'après des archives historiques, Xin Zhui était la femme de Li Cang, Premier ministre du feudataire Changsha des Han occidentaux. Elle est morte à l'âge de 50 ans environ et a vécu il y a plus de 2.200 ans.

Entre le panneau extérieur et le panneau intérieur du cercueil dans la sépulture de Xin Zhui se trouvaient quatre compartiments. Le compartiment ouest conservait la défunte. La Susha Danyi a été découverte dans une boîte en bambou renfermant quatorze articles vestimentaires, y compris des manteaux de coton, des vêtements sans doublure, des robes et des chaussettes, selon Duan Xiaoming, directeur du musée provincial du Hunan.

Les archéologues ont exhumé deux robes en mousseline simple sans doublure. La forme des Susha Danyi est relativement simple : l'une a un pan droit, l'autre un pan courbe. Toutes les deux possèdent un rabat s'étendant en diagonale de gauche à droite. "Celle ayant un pan droit pèse 49 grammes et mesure 128 centimètres, et celle présentant un pan courbe pèse 48 grammes et mesure 160 centimètres", a noté M. Duan. Une robe de plus d'un mètre de long pesant moins de 50 grammes, il faut le voir pour le croire. Le tissu est si fin que l'on peut lire le journal à travers 10 couches.

En raison des changements soudains de l'environnement après l'exhumation, la rupture de la chaîne moléculaire des fibres de la Susha Danyi s'est accélérée, et la résistance des fibres a été considérablement réduite. Des facteurs naturels tels que la lumière et l'oxygène ont également accéléré le vieillissement du tissu. Afin de préserver le patrimoine culturel, d'organiser des expositions ouvertes et de faire perdurer cette culture, un travail de reproduction est en cours.

Depuis les années 1980, l'Administration nationale du patrimoine culturel a lancé un projet de reproduction de la Susha Danyi, mais les reproductions à l'époque dépassaient 50 grammes. Ce n'est qu'en 2019 que le musée provincial du Hunan, en collaboration avec l'Institut de recherche sur le brocart coloré Yujin de Nanjing, a réussi à copier une robe pesant environ 49 grammes. Il s'agit également de la première copie officiellement autorisée et approuvée par les experts du musée depuis la découverte de la Susha Danyi il y a plus de 40 ans.

La Susha Danyi est devenue en 2002 l'une des premières reliques culturelles nationales interdites d'exposition à l'étranger. Fin

 
Vous avez une question, une remarque, des suggestions ? Contactez notre équipe de rédaction par e-mail à xinhuanet_french@news.cn

La robe en mousseline simple sans doublure : miracle du tissage de la soie de l'Antiquité chinoise

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-05-19 à 18:02

CHANGSHA, 19 mai (Xinhua) -- Le musée provincial du Hunan abrite un trésor national, la Susha Danyi, robe en mousseline de soie simple et sans doublure. Il s'agit du vêtement le plus ancien, le plus fin et le plus léger du monde. Fine comme des ailes de cigale, légère comme la brume et possédant une texture exquise, la Susha Danyi marque l'apogée de la technologie textile de la période des Han occidentaux.

De 1972 à 1974, les archéologues ont découvert trois tombes datant des Han occidentaux dans la colline de Mawangdui, en banlieue est de Changsha, dans la province chinoise du Hunan (centre). L'exhumation de milliers d'objets archéologiques précieux et de la dépouille d'une femme de la dynastie Han constitue l'une des découvertes archéologiques majeures du 20e siècle en Chine et dans le monde.

La Susha Danyi a été mise au jour dans la tombe numéro 1 du site de Mawangdui. Il s'agit de la sépulture de Xin Zhui, également connue sous le nom de marquise de Dai. D'après des archives historiques, Xin Zhui était la femme de Li Cang, Premier ministre du feudataire Changsha des Han occidentaux. Elle est morte à l'âge de 50 ans environ et a vécu il y a plus de 2.200 ans.

Entre le panneau extérieur et le panneau intérieur du cercueil dans la sépulture de Xin Zhui se trouvaient quatre compartiments. Le compartiment ouest conservait la défunte. La Susha Danyi a été découverte dans une boîte en bambou renfermant quatorze articles vestimentaires, y compris des manteaux de coton, des vêtements sans doublure, des robes et des chaussettes, selon Duan Xiaoming, directeur du musée provincial du Hunan.

Les archéologues ont exhumé deux robes en mousseline simple sans doublure. La forme des Susha Danyi est relativement simple : l'une a un pan droit, l'autre un pan courbe. Toutes les deux possèdent un rabat s'étendant en diagonale de gauche à droite. "Celle ayant un pan droit pèse 49 grammes et mesure 128 centimètres, et celle présentant un pan courbe pèse 48 grammes et mesure 160 centimètres", a noté M. Duan. Une robe de plus d'un mètre de long pesant moins de 50 grammes, il faut le voir pour le croire. Le tissu est si fin que l'on peut lire le journal à travers 10 couches.

En raison des changements soudains de l'environnement après l'exhumation, la rupture de la chaîne moléculaire des fibres de la Susha Danyi s'est accélérée, et la résistance des fibres a été considérablement réduite. Des facteurs naturels tels que la lumière et l'oxygène ont également accéléré le vieillissement du tissu. Afin de préserver le patrimoine culturel, d'organiser des expositions ouvertes et de faire perdurer cette culture, un travail de reproduction est en cours.

Depuis les années 1980, l'Administration nationale du patrimoine culturel a lancé un projet de reproduction de la Susha Danyi, mais les reproductions à l'époque dépassaient 50 grammes. Ce n'est qu'en 2019 que le musée provincial du Hunan, en collaboration avec l'Institut de recherche sur le brocart coloré Yujin de Nanjing, a réussi à copier une robe pesant environ 49 grammes. Il s'agit également de la première copie officiellement autorisée et approuvée par les experts du musée depuis la découverte de la Susha Danyi il y a plus de 40 ans.

La Susha Danyi est devenue en 2002 l'une des premières reliques culturelles nationales interdites d'exposition à l'étranger. Fin

010020070770000000000000011100001399562881