french.xinhuanet.com
 

Face à la pandémie, Washington doit cesser de propager un "virus politique" au sein de la communauté internationale (COMMENTAIRE)

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-09-23 à 06:14

BEIJING, 23 septembre (Xinhua) -- Dans un discours préenregistré diffusé mardi au cours du débat général de la 75e session de l'Assemblée générale des Nations Unies, le président américain a de nouveau lancé des accusations infondées contre la Chine concernant la pandémie de COVID-19.

En répandant ce genre de "virus politique" au sein de la communauté internationale, il a terni et abusé de la tribune sacrée de l'ONU, qui est supposée servir à promouvoir la coopération mondiale et le bien-être de tous.

Les accusations sans fondement du dirigeant américain n'ont rien de nouveau. Depuis le début de l'épidémie, certains politiciens de Washington ont en effet tenté à plusieurs reprises de populariser des formules xénophobes pour calomnier la Chine sur des questions de transparence et d'origine du virus.

Alors même que le dirigeant américain essayait une fois de plus de détourner l'attention de sa gestion désastreuse de la pandémie en rejetant le blâme sur la Chine, son pays a franchi une nouvelle sinistre étape en termes de décès liés au virus. Selon des données compilées par l'université Johns-Hopkins, les décès liés au COVID-19 aux Etats-Unis ont en effet dépassé les 200.000 mardi, tandis que le nombre d'infections atteignait 6,8 millions.

En dépit des nombreuses critiques qui se sont élevées aux Etats-Unis et dans le reste du monde sur la gestion américaine de l'épidémie, Washington refuse apparemment toujours de se remettre sérieusement en question. Les politiciens de Washington devraient pourtant savoir que leurs mensonges éhontés ne trompent aucun esprit lucide.

Pour mémoire, le gouvernement chinois a depuis le début de l'épidémie pris des mesures rigoureuses pour contenir la maladie, et s'est lancé dans une coopération internationale à grande échelle en partageant rapidement toutes sortes d'informations avec d'autres pays, en aidant l'Organisation mondiale de la santé à coordonner la lutte anti-pandémique mondiale, et en envoyant des experts médicaux et du matériel indispensable dans de nombreuses régions du monde.

La propagation de ce genre de "virus politique" par les Etats-Unis ne ralentira en aucun cas la pandémie qui fait actuellement rage aux Etats-Unis, et ne fera que nuire aux efforts mondiaux de lutte contre ce nouveau virus.

Il est cependant réconfortant de constater un consensus mondial croissant au sein de la communauté internationale, qui a compris que le virus est l'ennemi commun de l'humanité, et que la coopération est l'arme la plus puissante à sa disposition pour vaincre cet ennemi.

Les politiciens de Washington qui cherchent à manipuler les faits et à utiliser la pandémie pour semer la division et obtenir des gains politiques faciles ne réussiront jamais dans leur entreprise.

 
Vous avez une question, une remarque, des suggestions ? Contactez notre équipe de rédaction par e-mail à xinhuanet_french@news.cn

Face à la pandémie, Washington doit cesser de propager un "virus politique" au sein de la communauté internationale (COMMENTAIRE)

French.xinhuanet.com | Publié le 2020-09-23 à 06:14

BEIJING, 23 septembre (Xinhua) -- Dans un discours préenregistré diffusé mardi au cours du débat général de la 75e session de l'Assemblée générale des Nations Unies, le président américain a de nouveau lancé des accusations infondées contre la Chine concernant la pandémie de COVID-19.

En répandant ce genre de "virus politique" au sein de la communauté internationale, il a terni et abusé de la tribune sacrée de l'ONU, qui est supposée servir à promouvoir la coopération mondiale et le bien-être de tous.

Les accusations sans fondement du dirigeant américain n'ont rien de nouveau. Depuis le début de l'épidémie, certains politiciens de Washington ont en effet tenté à plusieurs reprises de populariser des formules xénophobes pour calomnier la Chine sur des questions de transparence et d'origine du virus.

Alors même que le dirigeant américain essayait une fois de plus de détourner l'attention de sa gestion désastreuse de la pandémie en rejetant le blâme sur la Chine, son pays a franchi une nouvelle sinistre étape en termes de décès liés au virus. Selon des données compilées par l'université Johns-Hopkins, les décès liés au COVID-19 aux Etats-Unis ont en effet dépassé les 200.000 mardi, tandis que le nombre d'infections atteignait 6,8 millions.

En dépit des nombreuses critiques qui se sont élevées aux Etats-Unis et dans le reste du monde sur la gestion américaine de l'épidémie, Washington refuse apparemment toujours de se remettre sérieusement en question. Les politiciens de Washington devraient pourtant savoir que leurs mensonges éhontés ne trompent aucun esprit lucide.

Pour mémoire, le gouvernement chinois a depuis le début de l'épidémie pris des mesures rigoureuses pour contenir la maladie, et s'est lancé dans une coopération internationale à grande échelle en partageant rapidement toutes sortes d'informations avec d'autres pays, en aidant l'Organisation mondiale de la santé à coordonner la lutte anti-pandémique mondiale, et en envoyant des experts médicaux et du matériel indispensable dans de nombreuses régions du monde.

La propagation de ce genre de "virus politique" par les Etats-Unis ne ralentira en aucun cas la pandémie qui fait actuellement rage aux Etats-Unis, et ne fera que nuire aux efforts mondiaux de lutte contre ce nouveau virus.

Il est cependant réconfortant de constater un consensus mondial croissant au sein de la communauté internationale, qui a compris que le virus est l'ennemi commun de l'humanité, et que la coopération est l'arme la plus puissante à sa disposition pour vaincre cet ennemi.

Les politiciens de Washington qui cherchent à manipuler les faits et à utiliser la pandémie pour semer la division et obtenir des gains politiques faciles ne réussiront jamais dans leur entreprise.

010020070770000000000000011107401393890561