french.xinhuanet.com
 

La Chine appelle à résoudre le problème des armes chimiques en Syrie sur la base de la convention internationale

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-07-09 à 23:19

LA HAYE, 9 juillet (Xinhua) -- La Chine a appelé jeudi toutes les parties concernées à "répondre à la question des armes chimiques en Syrie conformément à la Convention sur l'interdiction des armes chimiques (CIAC) afin de maintenir l'autorité et l'efficacité de la CIAC", a déclaré la délégation chinoise auprès de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

La 94e session du Conseil exécutif de l'OIAC a voté jeudi à La Haye un projet de décision sur "la possession et l'usage d'armes chimiques" en Syrie.

La Chine, la Russie et l'Iran ont voté contre tandis que neuf pays, dont le Nigeria, le Kenya, l'Afrique du Sud, l'Inde et le Pakistan, se sont abstenus.

Dans un discours prononcé au cours de cette session, la délégation chinoise a exprimé ses regrets à l'égard du vote, affirmant que celui-ci "créerait davantage de polarisation et de confrontation parmi les Etats parties et mènerait à une constante politisation du travail de l'OIAC".

La Chine s'oppose toujours fermement à l'usage des armes chimiques par tout pays, organisation ou individu en toutes circonstances et pour quelque raison que ce soit.

"Le point de départ de la Chine consiste à protéger l'autorité et l'efficacité de la CIAC. La Chine estime que l'OIAC devrait mener une enquête approfondie, objective et impartiale sur tout recours possible à des armes chimiques en accord avec la CIAC et son Annexe sur la vérification", a argumenté la délégation chinoise.

Depuis la fondation de l'Equipe d'investigation et d'identification (IIT), la Chine a mis l'accent sur le fait que sa création outrepasse le mandat de la CIAC, que sa méthodologie et ses procédures de travail sont incohérentes avec les dispositions de la CIAC et que sa composition ne reflète pas une distribution géographique équitable, a poursuivi la délégation.

La Chine a soutenu à de nombreuses reprises que la question de l'attribution de l'usage des armes chimiques devrait être replacée dans le cadre de la CIAC.

"En tant qu'organe technique, le Secrétariat technique de l'OIAC devrait strictement respecter la CIAC et promouvoir son esprit d'objectivité, d'impartialité et d'indépendance afin de mener à bien sa mission", a ajouté la délégation.

Les organes décisionnels tels que le Conseil exécutif doivent jouer leur rôle et répondre à cette question sur la base des faits et avec pour point de référence la CIAC. Le Conseil exécutif doit tenir de larges discussions en profondeur avant de tirer une quelconque conclusion et prendre des mesures avec prudence et sérieux.

"Les Etats parties doivent trouver des compromis par le dialogue et conjointement préserver l'autorité et le sérieux de la CIAC", a conclu la délégation chinoise.

 
Vous avez une question, une remarque, des suggestions ? Contactez notre équipe de rédaction par e-mail à xinhuanet_french@news.cn

La Chine appelle à résoudre le problème des armes chimiques en Syrie sur la base de la convention internationale

French.xinhuanet.com | Publié le 2020-07-09 à 23:19

LA HAYE, 9 juillet (Xinhua) -- La Chine a appelé jeudi toutes les parties concernées à "répondre à la question des armes chimiques en Syrie conformément à la Convention sur l'interdiction des armes chimiques (CIAC) afin de maintenir l'autorité et l'efficacité de la CIAC", a déclaré la délégation chinoise auprès de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

La 94e session du Conseil exécutif de l'OIAC a voté jeudi à La Haye un projet de décision sur "la possession et l'usage d'armes chimiques" en Syrie.

La Chine, la Russie et l'Iran ont voté contre tandis que neuf pays, dont le Nigeria, le Kenya, l'Afrique du Sud, l'Inde et le Pakistan, se sont abstenus.

Dans un discours prononcé au cours de cette session, la délégation chinoise a exprimé ses regrets à l'égard du vote, affirmant que celui-ci "créerait davantage de polarisation et de confrontation parmi les Etats parties et mènerait à une constante politisation du travail de l'OIAC".

La Chine s'oppose toujours fermement à l'usage des armes chimiques par tout pays, organisation ou individu en toutes circonstances et pour quelque raison que ce soit.

"Le point de départ de la Chine consiste à protéger l'autorité et l'efficacité de la CIAC. La Chine estime que l'OIAC devrait mener une enquête approfondie, objective et impartiale sur tout recours possible à des armes chimiques en accord avec la CIAC et son Annexe sur la vérification", a argumenté la délégation chinoise.

Depuis la fondation de l'Equipe d'investigation et d'identification (IIT), la Chine a mis l'accent sur le fait que sa création outrepasse le mandat de la CIAC, que sa méthodologie et ses procédures de travail sont incohérentes avec les dispositions de la CIAC et que sa composition ne reflète pas une distribution géographique équitable, a poursuivi la délégation.

La Chine a soutenu à de nombreuses reprises que la question de l'attribution de l'usage des armes chimiques devrait être replacée dans le cadre de la CIAC.

"En tant qu'organe technique, le Secrétariat technique de l'OIAC devrait strictement respecter la CIAC et promouvoir son esprit d'objectivité, d'impartialité et d'indépendance afin de mener à bien sa mission", a ajouté la délégation.

Les organes décisionnels tels que le Conseil exécutif doivent jouer leur rôle et répondre à cette question sur la base des faits et avec pour point de référence la CIAC. Le Conseil exécutif doit tenir de larges discussions en profondeur avant de tirer une quelconque conclusion et prendre des mesures avec prudence et sérieux.

"Les Etats parties doivent trouver des compromis par le dialogue et conjointement préserver l'autorité et le sérieux de la CIAC", a conclu la délégation chinoise.

010020070770000000000000011100001392009811