french.xinhuanet.com
 

Plus de la moitié des enfants au Niger ont besoin d'aide humanitaire (UNICEF)

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-02-20 à 08:33

NEW YORK (Nations Unies), 19 février (Xinhua) -- Près de 3 millions de personnes, dont plus de la moitié des enfants, ont besoin d'aide humanitaire au Niger, a averti mercredi l'UNICEF en demandant d'accorder une attention accrue au sort des enfants et de leurs familles.

"L'insécurité se propage à un rythme inquiétant dans la région centrale du Sahel. Les femmes et les enfants sont les premières victimes de la violence", a déclaré Dr. Félicité Tchibindat, représentante de l'UNICEF, au terme d'une visite organisée dans la région de Diffa.

Le Niger continue de faire face à des situations d'urgence simultanées qui compromettent les capacités des partenaires humanitaires à répondre de manière adéquate. La situation est exacerbée par l'instabilité dans la région et les pays voisins, entraînant un afflux de milliers de réfugiés, de rapatriés, de personnes déplacées et de migrants à l'intérieur du pays, et qui ont tous besoin d'avoir accès aux services sociaux de base et de protection nécessaire à leur survie.

"Dans un contexte de ressources et de services sociaux limités, les communautés qui accueillent les populations déplacées font preuve de résilience extraordinaire et partagent le peu qu'elles ont. C'est vraiment un excellent exemple que les Nigériens montrent au monde", a déclaré Dr. Félicité Tchibindat.

Les attaques contre des civils dans la région du lac Tchad ont empêché 263.000 personnes à Diffa de rentrer chez elles. L'insécurité croissante le long des frontières avec le Burkina Faso et le Mali a exacerbé les besoins dans les régions de Tillabéri et de Tahoua, où près de 78.000 personnes ont été déplacées. La détérioration de la sécurité à la frontière avec le Nigéria a également entraîné le déplacement de dizaines de milliers de personnes qui ont trouvé refuge dans les villages frontaliers de la région de Maradi, dans le centre du Niger.

Dans les communautés d'accueil déjà fragiles, le fardeau des déplacements forcés augmente la vulnérabilité des ménages et les risques pour la santé, la protection, la nutrition et l'éducation des enfants. "Comme une attention accrue est aujourd'hui portée sur la recrudescence de la violence armée dans le centre du Sahel, il est tout aussi important de porter cette attention sur son impact sur les enfants et leurs familles", a dit Dr. Tchibindat.

Au Niger, l'UNICEF et ses partenaires ont besoin cette année de 59,4 millions de dollars pour acheminer une aide humanitaire vitale aux populations vulnérables.

 
Vous avez une question, une remarque, des suggestions ? Contactez notre équipe de rédaction par e-mail à xinhuanet_french@news.cn

Plus de la moitié des enfants au Niger ont besoin d'aide humanitaire (UNICEF)

French.xinhuanet.com | Publié le 2020-02-20 à 08:33

NEW YORK (Nations Unies), 19 février (Xinhua) -- Près de 3 millions de personnes, dont plus de la moitié des enfants, ont besoin d'aide humanitaire au Niger, a averti mercredi l'UNICEF en demandant d'accorder une attention accrue au sort des enfants et de leurs familles.

"L'insécurité se propage à un rythme inquiétant dans la région centrale du Sahel. Les femmes et les enfants sont les premières victimes de la violence", a déclaré Dr. Félicité Tchibindat, représentante de l'UNICEF, au terme d'une visite organisée dans la région de Diffa.

Le Niger continue de faire face à des situations d'urgence simultanées qui compromettent les capacités des partenaires humanitaires à répondre de manière adéquate. La situation est exacerbée par l'instabilité dans la région et les pays voisins, entraînant un afflux de milliers de réfugiés, de rapatriés, de personnes déplacées et de migrants à l'intérieur du pays, et qui ont tous besoin d'avoir accès aux services sociaux de base et de protection nécessaire à leur survie.

"Dans un contexte de ressources et de services sociaux limités, les communautés qui accueillent les populations déplacées font preuve de résilience extraordinaire et partagent le peu qu'elles ont. C'est vraiment un excellent exemple que les Nigériens montrent au monde", a déclaré Dr. Félicité Tchibindat.

Les attaques contre des civils dans la région du lac Tchad ont empêché 263.000 personnes à Diffa de rentrer chez elles. L'insécurité croissante le long des frontières avec le Burkina Faso et le Mali a exacerbé les besoins dans les régions de Tillabéri et de Tahoua, où près de 78.000 personnes ont été déplacées. La détérioration de la sécurité à la frontière avec le Nigéria a également entraîné le déplacement de dizaines de milliers de personnes qui ont trouvé refuge dans les villages frontaliers de la région de Maradi, dans le centre du Niger.

Dans les communautés d'accueil déjà fragiles, le fardeau des déplacements forcés augmente la vulnérabilité des ménages et les risques pour la santé, la protection, la nutrition et l'éducation des enfants. "Comme une attention accrue est aujourd'hui portée sur la recrudescence de la violence armée dans le centre du Sahel, il est tout aussi important de porter cette attention sur son impact sur les enfants et leurs familles", a dit Dr. Tchibindat.

Au Niger, l'UNICEF et ses partenaires ont besoin cette année de 59,4 millions de dollars pour acheminer une aide humanitaire vitale aux populations vulnérables.

010020070770000000000000011199231388007331