french.xinhuanet.com
 

La France et le Tchad témoignent d'une parfaite entente sur des dossiers sécuritaires (PAPIER GENERAL)

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2018-12-24 à 06:43

N'DJAMENA, 23 décembre (Xinhua) -- Le président français Emmanuel Macron qui achevait dimanche une visite officielle de deux jours dans la capitale tchadienne, et son hôte Idriss Déby Itno ont montré, devant la presse, leur "parfaite entente" sur la lutte contre le terrorisme au Sahel et dans le bassin du lac Tchad, ainsi que sur la crise en Libye.

Le président Macron a salué l'axe Paris-N'Djaména en matière de sécurité, "un axe fort et durable, qui a contribué à la sécurité du Tchad et de beaucoup de situation dans la région et nous continuerons à nous engager dans la durée aux côtés du Tchad et de toutes les forces du Sahel".

MM. Macron et Déby ont cependant appelé à une plus grande implication de la communauté internationale. "Des annonces ont été faites au sommet de Bruxelles. Nous attendons que ces annonces soient concrètement réalisées", a martelé le président tchadien. La force du G5 Sahel a besoin de 400 millions d'euros, mais seuls 100 millions d'euros ont été engagés.

Les deux chefs d'Etat ont convenu qu'au moment de la transition de la présidence tournante du G5 Sahel en février 2019, des opérations concrètes et rapides devront être menées à nouveau sur le terrain.

"Nous accompagnerons également cet effort par un travail de développement. L'Alliance Sahel, lancée ensemble en juillet 2017, contribuera à hauteur de 1,3 milliard d'euros au financement des projets prioritaires. La France a apporté 220 millions d'euros. Ces projets seront déployés au fur et à mesure de nos avancées sur le terrain sécuritaire", a annoncé M. Macron.

Le président Déby a plaidé, une nouvelle fois, pour que la force du G5 Sahel et la force multinationale de la CBLT aient un mandat onusien avec des ressources pérennes pour faire face efficacement aux menaces terroristes dans la région.

"Nous devons conjuguer nos efforts pour assurer à la force du G5 Sahel un financement pérenne si nous tenons à engager une lutte durable pour parvenir à bout de la menace terroriste", a insisté le chef d'Etat tchadien.

Evoquant la présence de Boko Haram dans le bassin du lac Tchad, M. Macron s'est dit "très inquiet". Il a réaffirmé l'engagement de la France à renforcer la coopération régionale sous toutes ses formes.

"Nous serons en particulier présents pour accélérer les soutiens de l'Union européenne. 55 millions d'euros doivent être débloqués. Et comme je l'avais annoncé au Nigeria, nous sommes en train d'accompagner plusieurs projets en faveur des populations du Lac Tchad, des projets concrets à hauteur de 20 millions d'euros qui sont indispensables si on veut éviter la déstabilisation des populations dans la région, éviter que les djihadistes regagnent du terrain", a indiqué le président français.

Enfin, les deux présidents ont exprimé leurs vives préoccupations par rapport aux conséquences de la crise libyenne sur l'ensemble du Sahel en termes de développement de réseaux terroristes, à cause des trafics illicites auxquels se livrent des groupes terroristes et bandes armées, occupant le sud de la Libye.

"Il est urgent qu'une sortie de crise rapide et inclusive soit trouvée pour la Libye. Si la crise libyenne n'est pas réglée, nous avons encore longtemps à lutter contre le terrorisme au Sahel", a prévenu M. Déby.

Selon le chef de l'Etat français, cet engagement se complète par celui des entreprises de son pays. En septembre 2018, le Premier ministre français Edouard Philippe avait annoncé un engagement de la France de 223 millions d'euros sur la période 2017-2021.

"Je suis heureux de vous annoncer aujourd'hui que non seulement nos engagements ont été tenus, mais que nous sommes même allés au-delà de ce que nous avons promis. C'est ainsi que déjà près de 150 millions d'euros ont été alloués au Tchad, au lieu d'un effort initial qui se chiffrait à 125 millions d'euros", a fait remarquer M. Macron. Il a promis que l'Agence française de développement continuera à s'engager dans l'accès aux services essentiels en milieu urbain, en particulier à N'Djaména, en matière de développement rural, notamment l'appui à l'élevage, en matière de santé maternelle et infantile et dans le domaine de l'éducation. Il a invité les entreprises françaises à être davantage présentes au Tchad.

La visite de M. Macron a eu une dimension fortement sahélienne, puisque le Tchad est le seul pays du G5 Sahel que le président français n'avait pas encore visité et il s'agit aussi de son premier déplacement en Afrique centrale.

 
Vous avez une question, une remarque, des suggestions ? Contactez notre équipe de rédaction par email à xinhuanet_french@news.cn

La France et le Tchad témoignent d'une parfaite entente sur des dossiers sécuritaires (PAPIER GENERAL)

French.xinhuanet.com | Publié le 2018-12-24 à 06:43

N'DJAMENA, 23 décembre (Xinhua) -- Le président français Emmanuel Macron qui achevait dimanche une visite officielle de deux jours dans la capitale tchadienne, et son hôte Idriss Déby Itno ont montré, devant la presse, leur "parfaite entente" sur la lutte contre le terrorisme au Sahel et dans le bassin du lac Tchad, ainsi que sur la crise en Libye.

Le président Macron a salué l'axe Paris-N'Djaména en matière de sécurité, "un axe fort et durable, qui a contribué à la sécurité du Tchad et de beaucoup de situation dans la région et nous continuerons à nous engager dans la durée aux côtés du Tchad et de toutes les forces du Sahel".

MM. Macron et Déby ont cependant appelé à une plus grande implication de la communauté internationale. "Des annonces ont été faites au sommet de Bruxelles. Nous attendons que ces annonces soient concrètement réalisées", a martelé le président tchadien. La force du G5 Sahel a besoin de 400 millions d'euros, mais seuls 100 millions d'euros ont été engagés.

Les deux chefs d'Etat ont convenu qu'au moment de la transition de la présidence tournante du G5 Sahel en février 2019, des opérations concrètes et rapides devront être menées à nouveau sur le terrain.

"Nous accompagnerons également cet effort par un travail de développement. L'Alliance Sahel, lancée ensemble en juillet 2017, contribuera à hauteur de 1,3 milliard d'euros au financement des projets prioritaires. La France a apporté 220 millions d'euros. Ces projets seront déployés au fur et à mesure de nos avancées sur le terrain sécuritaire", a annoncé M. Macron.

Le président Déby a plaidé, une nouvelle fois, pour que la force du G5 Sahel et la force multinationale de la CBLT aient un mandat onusien avec des ressources pérennes pour faire face efficacement aux menaces terroristes dans la région.

"Nous devons conjuguer nos efforts pour assurer à la force du G5 Sahel un financement pérenne si nous tenons à engager une lutte durable pour parvenir à bout de la menace terroriste", a insisté le chef d'Etat tchadien.

Evoquant la présence de Boko Haram dans le bassin du lac Tchad, M. Macron s'est dit "très inquiet". Il a réaffirmé l'engagement de la France à renforcer la coopération régionale sous toutes ses formes.

"Nous serons en particulier présents pour accélérer les soutiens de l'Union européenne. 55 millions d'euros doivent être débloqués. Et comme je l'avais annoncé au Nigeria, nous sommes en train d'accompagner plusieurs projets en faveur des populations du Lac Tchad, des projets concrets à hauteur de 20 millions d'euros qui sont indispensables si on veut éviter la déstabilisation des populations dans la région, éviter que les djihadistes regagnent du terrain", a indiqué le président français.

Enfin, les deux présidents ont exprimé leurs vives préoccupations par rapport aux conséquences de la crise libyenne sur l'ensemble du Sahel en termes de développement de réseaux terroristes, à cause des trafics illicites auxquels se livrent des groupes terroristes et bandes armées, occupant le sud de la Libye.

"Il est urgent qu'une sortie de crise rapide et inclusive soit trouvée pour la Libye. Si la crise libyenne n'est pas réglée, nous avons encore longtemps à lutter contre le terrorisme au Sahel", a prévenu M. Déby.

Selon le chef de l'Etat français, cet engagement se complète par celui des entreprises de son pays. En septembre 2018, le Premier ministre français Edouard Philippe avait annoncé un engagement de la France de 223 millions d'euros sur la période 2017-2021.

"Je suis heureux de vous annoncer aujourd'hui que non seulement nos engagements ont été tenus, mais que nous sommes même allés au-delà de ce que nous avons promis. C'est ainsi que déjà près de 150 millions d'euros ont été alloués au Tchad, au lieu d'un effort initial qui se chiffrait à 125 millions d'euros", a fait remarquer M. Macron. Il a promis que l'Agence française de développement continuera à s'engager dans l'accès aux services essentiels en milieu urbain, en particulier à N'Djaména, en matière de développement rural, notamment l'appui à l'élevage, en matière de santé maternelle et infantile et dans le domaine de l'éducation. Il a invité les entreprises françaises à être davantage présentes au Tchad.

La visite de M. Macron a eu une dimension fortement sahélienne, puisque le Tchad est le seul pays du G5 Sahel que le président français n'avait pas encore visité et il s'agit aussi de son premier déplacement en Afrique centrale.

010020070770000000000000011101841376941271