french.xinhuanet.com
 

Yang Liwei : la Chine prête à posséder sa propre station spatiale

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2018-07-08 à 19:40

BEIJING, 8 juillet (Xinhua) -- La Chine est en train d'accélérer son calendrier de construction d'une station spatiale, dont la capsule clé devrait être lancée en 2020, selon Yang Liwei, directeur du Bureau de l'Ingénierie spatiale habitée de Chine et premier astronaute du pays.

M. Yang a récemment révélé aux médias chinois que deux modules d'essai de la station spatiale seraient envoyés dans l'espace en 2021 et 2022. Trois ou quatre missions habitées et plusieurs vaisseaux spatiaux de transport de chargements sont prévus pour 2021 et 2022.

Après la construction des parties principales de la station spatiale, une capsule contenant un grand téléscope optique sera lancée dans la même orbite afin de voler avec la station, a révélé M. Yang.

Durant la construction de la station, le nombre de missions spatiales habitées augmentera à environ cinq par an, contre une fois tous les deux ou trois ans depuis que la Chine a commencé à envoyer des astronautes dans l'espace il y a plus d'une décennie. Davantage d'astronautes seront recrutés.

Né en 1965 dans le district de Suizhong de la ville de Huludao, dans la province chinoise du Liaoning (nord-est), M. Yang possède le rang de major général. Il est devenu le premier astronaute chinois en pénétrant dans l'espace à bord du vaisseau spatial Shenzhou-5 le 15 octobre 2003.

"Chaque seconde de ce jour était totalement nouvelle pour moi. Rien ne peut surpasser ce souvenir éblouissant", s'est rappelé l'astronaute.

La Chine a établi un plan de vol spatial habité baptisé "Projet Aube" dans les années 1970, mais n'avait pas les moyens économiques et économiques de le mettre en oeuvre.

En 1986, le Conseil des Affaires d'Etat a inclus la technologie spatiale dans un plan de développement des hautes technologies. En 1992, la Chine a lancé son premier programme de vol spatial habité. Le succès de Shenzhou-5 a fait de la Chine le troisième pays à maîtriser indépendamment la technologie du voyage spatial habité.

La Chine a maîtrisé les technologies de transport spatial à travers les vaisseaux spatiaux Shenzhou-5 et Shenzhou-6, et les technologies de sortie extravéhiculaire grâce à la mission Shenzhou-7.

Les missions Shenzhou-8 et Shenzhou-9 ont permis à la Chine de maîtriser les technologies d'approche et d'amarrage autonome et habité. Les technologies de vol spatial habité de la Chine ont fortement évolué depuis la mission Shenzhou-10. De Shenzhou-5 à Shenzhou-11, la Chine a envoyé onze astronautes dans l'espace.

Selon Yang Liwei, si on compare Shenzhou-5 à un tracteur, Shenzhou-11 sera une limousine.

La Chine est devenue une puissance spatiale majeure, qui reste cependant à la traîne derrière les puissances de premier plan, a fait remarquer M. Yang.

"Je m'attends à davantage de ressources pour le développement du secteur spatial. La station spatiale de la Chine sera une plate-forme pour effectuer davantage d'expériences scientifiques spatiales avancées afin de servir le développement économique et social sur Terre", a-t-il souligné.

 
Vous avez une question, une remarque, des suggestions ? Contactez notre équipe de rédaction par email à xinhuanet_french@news.cn

Yang Liwei : la Chine prête à posséder sa propre station spatiale

French.xinhuanet.com | Publié le 2018-07-08 à 19:40

BEIJING, 8 juillet (Xinhua) -- La Chine est en train d'accélérer son calendrier de construction d'une station spatiale, dont la capsule clé devrait être lancée en 2020, selon Yang Liwei, directeur du Bureau de l'Ingénierie spatiale habitée de Chine et premier astronaute du pays.

M. Yang a récemment révélé aux médias chinois que deux modules d'essai de la station spatiale seraient envoyés dans l'espace en 2021 et 2022. Trois ou quatre missions habitées et plusieurs vaisseaux spatiaux de transport de chargements sont prévus pour 2021 et 2022.

Après la construction des parties principales de la station spatiale, une capsule contenant un grand téléscope optique sera lancée dans la même orbite afin de voler avec la station, a révélé M. Yang.

Durant la construction de la station, le nombre de missions spatiales habitées augmentera à environ cinq par an, contre une fois tous les deux ou trois ans depuis que la Chine a commencé à envoyer des astronautes dans l'espace il y a plus d'une décennie. Davantage d'astronautes seront recrutés.

Né en 1965 dans le district de Suizhong de la ville de Huludao, dans la province chinoise du Liaoning (nord-est), M. Yang possède le rang de major général. Il est devenu le premier astronaute chinois en pénétrant dans l'espace à bord du vaisseau spatial Shenzhou-5 le 15 octobre 2003.

"Chaque seconde de ce jour était totalement nouvelle pour moi. Rien ne peut surpasser ce souvenir éblouissant", s'est rappelé l'astronaute.

La Chine a établi un plan de vol spatial habité baptisé "Projet Aube" dans les années 1970, mais n'avait pas les moyens économiques et économiques de le mettre en oeuvre.

En 1986, le Conseil des Affaires d'Etat a inclus la technologie spatiale dans un plan de développement des hautes technologies. En 1992, la Chine a lancé son premier programme de vol spatial habité. Le succès de Shenzhou-5 a fait de la Chine le troisième pays à maîtriser indépendamment la technologie du voyage spatial habité.

La Chine a maîtrisé les technologies de transport spatial à travers les vaisseaux spatiaux Shenzhou-5 et Shenzhou-6, et les technologies de sortie extravéhiculaire grâce à la mission Shenzhou-7.

Les missions Shenzhou-8 et Shenzhou-9 ont permis à la Chine de maîtriser les technologies d'approche et d'amarrage autonome et habité. Les technologies de vol spatial habité de la Chine ont fortement évolué depuis la mission Shenzhou-10. De Shenzhou-5 à Shenzhou-11, la Chine a envoyé onze astronautes dans l'espace.

Selon Yang Liwei, si on compare Shenzhou-5 à un tracteur, Shenzhou-11 sera une limousine.

La Chine est devenue une puissance spatiale majeure, qui reste cependant à la traîne derrière les puissances de premier plan, a fait remarquer M. Yang.

"Je m'attends à davantage de ressources pour le développement du secteur spatial. La station spatiale de la Chine sera une plate-forme pour effectuer davantage d'expériences scientifiques spatiales avancées afin de servir le développement économique et social sur Terre", a-t-il souligné.

010020070770000000000000011199231373103891