french.xinhuanet.com

Une organisation industrielle chinoise met en garde contre les risques d'"offres mineurs initiales"

Publié le 2018-01-13 à 13:57 | french.xinhuanet.com

Taille du Texte
T+ | T-

RSS

Partager


Une semaine d'actualités en images (du 1er au 7 janvier 2018)

Le président français Emmanuel Macron (PORTRAIT)

BEIJING, 13 janvier (Xinhua) -- Une association industrielle chinoise a mis en garde contre des risques générés par les soi-disant "offres mineures initiales", indiquant qu'elles étaient déguisées en collecte de fonds de monnaie numérique, ce qui a été totalement suspendue dans le pays.

Les investisseurs doivent être avertis des risques cachés des offres mineures initiales, a déclaré vendredi l'Association nationale du financement en ligne de Chine (NIFA) dans un communiqué.

Les "offres mineures initiales" sont nées en Chine, avec lesquelles des sociétés vendent des logiciels pour produire une crypto-monnaie particulière ou symbolique dont peuvent être rémunérés les contributeurs. Le modèle est devenu populaire après que les contrôleurs financiers dont la banque centrale ont interdit en septembre les offres de monnaie initiales (ICOs).

Les "offres mineures initiales" sont "essentiellement une activité financière et une forme d'ICOs déguisées," a indiqué la NIFA, citant plusieurs témoignages, dont Lianke, LLT et BFC points.

Le groupe a appelé les investisseurs à ne pas faire d'investissements aveugles et a encouragé les individus à signaler auprès des contrôleurs ou de la police de telles activités illégales. "Les membres de la NIFA doivent renforcer l'auto-contrôle... et s'abstenir de participer à la spéculation des ICOs ou des 'monnaies virtuelles'".

Le gouvernement chinois a renforcé le contrôle sur le bitcoin et d'autres crypto-monnaies numériques pour freiner les risques financiers, avec des échanges interrompus ou des transactions suspendues.

010020070770000000000000011100001368929261