french.xinhuanet.com

Un espoir de paix renaît dans la péninsule coréenne (COMMENTAIRE)

Publié le 2018-01-09 à 15:37 | french.xinhuanet.com

Taille du Texte
T+ | T-

RSS

Partager


Une semaine d'actualités en images (du 1er au 7 janvier 2018)

Le président français Emmanuel Macron (PORTRAIT)

SEOUL, 9 janvier (Xinhua) -- En ce jour où la Corée du Sud et la République populaire démocratique de Corée (RPDC) tiennent des pourparlers de haut niveau au poste-frontière de Panmunjeom, le monde se prend à espérer que les relations entre les deux pays, qui ont atteint un niveau de tension sans précédent, entrent dans une nouvelle ère.

Il est tout à fait encourageant que les relations intercoréennes, après quasiment une décennie de détérioration, semblent enfin manifester des signes de détente. Les deux parties ont échangé des gestes de bonne volonté depuis le jour du Nouvel An, montrant qu'elles sont d'accord sur un point : le dialogue est le seul moyen de sortir de l'impasse dans laquelle se trouve la péninsule.

Dans son allocution du Nouvel An, le dirigeant de la RPDC, Kim Jong Un, a tendu la main de la paix à Séoul, exprimant sa volonté d'envoyer des participants aux Jeux olympiques d'hiver 2018 de Pyeongchang en Corée du Sud. Les deux pays ont alors décidé de négocier les modalités de participation de la RPDC aux Jeux olympiques et de discuter de l'amélioration des relations.

Il y a deux ans, leurs délégations de haut niveau avaient déjà participé à des pourparlers à Panmunjeom. Les liens entre les deux parties étaient au plus bas sous le gouvernement du président sud-coréen Lee Myung-bak, ainsi que sous celui de Park Geun-hye.

Si les discussions se passent bien, il est probable que les athlètes de la RPDC participeront aux JO de Pyeongchang, ce qui réchauffera les relations glaciales entre les deux Corées. Cela devrait jeter les bases d'une solution pacifique au problème épineux de la péninsule coréenne.

Au cours des 20 dernières années, les deux Corées ont périodiquement connu de bons moments où leurs relations étaient amicales et où un nombre important d'accords historiques ont été signés, notamment la Déclaration conjointe Nord-Sud du 15 juin 2000 et la Déclaration conjointe du 4 octobre 2007.

Cependant, il y a aussi eu des épisodes où elles ont brandi des menaces belliqueuses l'une contre l'autre, ce qui n'a fait qu'alimenter un cercle vicieux de défiance et éloigner la perspective d'une solution pacifique à la question du nucléaire sur la péninsule.

Or, l'histoire a montré que les dialogues ouvrent la voie vers la paix et la prospérité, là où la confrontation ne fait que renforcer l'aliénation et les erreurs de jugement.

Malgré les Jeux olympiques d'hiver, les obstacles et les difficultés ne seront jamais bien loin, car la crise dans la péninsule est complexe et profondément ancrée. Les dirigeants des deux pays devront faire preuve de tact et de sagesse pour prendre des décisions politiques susceptibles d'assainir leurs relations meurtries.

Bien qu'il soit encore un peu tôt pour établir des prévisions, on peut espérer qu'une ère historique de bonnes relations entre le Nord et le Sud s'ouvrira bientôt. Ce qui compte à présent est que toutes les parties concernées, et pas seulement les deux Corées, saisissent l'occasion de soutenir et de faire avancer le processus de paix dans la péninsule.

Le président sud-coréen Moon Jae-in a martelé qu'il n'y aurait pas une deuxième guerre sur la péninsule coréenne. Il est temps de remettre les relations Nord-Sud sur la bonne voie et de prendre des mesures audacieuses en faveur du dialogue dans l'intérêt de la nation, de la région et du monde.

010020070770000000000000011100001368825141