french.xinhuanet.com

La lutte contre le révisionnisme historique vouée au succès (INTERVIEW)

Publié le 2017-12-14 à 13:23 | french.xinhuanet.com

Taille du Texte
T+ | T-

RSS

Partager


Une semaine d'actualités en images (du 8 au 14 janvier 2018)

Décès de la chanteuse des Cranberries, Dolores O'Riordan, à Londres

TOKYO, 14 décembre (Xinhua) -- "Je crois que la lutte contre le révisionnisme historique est vouée au succès", a déclaré Takakage Fujita, directeur général d'un groupe de citoyens dédié au maintien et au développement de la célèbre déclaration de Murayama.

M. Fujita a fait ces remarques lors d'une interview accordée à Xinhua mercredi à l'occasion du 80ème anniversaire du massacre de Nanjing.

Lors du 50ème anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale, le 15 août 1995, le Premier ministre japonais Tomiichi Murayama avait publié une déclaration s'excusant pour les terribles dégâts et souffrances causés par le Japon aux peuples de nombreux pays.

M. Fujita, qui se consacre au maintien et au développement de la déclaration de Murayama, a déclaré que l'ancien Premier ministre voulait que le gouvernement japonais développe des relations amicales avec les pays voisins, tels que la Chine et la Corée du Sud, sur la base de cette déclaration.

Le Japon a envahi le nord-est de la Chine en septembre 1931, lançant une invasion à grande échelle le 7 juillet 1937. Les troupes japonaises ont pris Nanjing, alors capitale de la Chine, le 13 décembre 1937, et se sont alors livrées à des massacres et des viols pendant 40 jours. Environ 300.000 civils et soldats chinois non armés ont été brutalement assassinés.

"Au Japon, certaines forces d'extrême droite essayent de minimiser ou même de nier l'existence du massacre de Nanjing, mais il existe aussi beaucoup de gens pacifiques au Japon qui ne resteront pas les bras croisés pour les laisser faire", a-t-il déclaré.

"Ce sera une bataille longue et difficile pour combattre les révisionnistes historiques, mais je crois que la victoire sera du même côté que la justice."

Le directeur Fujita a visité le Mémorial pour les victimes du massacre de Nanjing, dans l'ancienne capitale chinoise, en mars 2015. "En voyant les preuves des atrocités commises par les troupes japonaises pendant la guerre d'invasion, je me suis senti amer et honteux", raconte M. Fujita.

"Si une personne fait une erreur, elle doit l'admettre et s'en excuser. Tout comme une nation. Les forces d'extrême droite qui tentent de nier les crimes de guerre sont méprisables et les gens de conscience au Japon ne leur permettront pas de le faire."

Les cérémonies de commémoration organisées par la Chine pour rendre hommage à ses 300.000 citoyens massacrés par les forces japonaises visent à transmettre les leçons de l'histoire aux jeunes générations, ce qui est "juste et approprié", estime M. Fujita.

"Le Japon ne peut parvenir à une véritable réconciliation et un développement commun avec la Chine qu'en faisant honnêtement face à son histoire guerrière et en gérant correctement les questions historiques", a-t-il affirmé, appelant l'administration de Shinzo Abe à réfléchir à l'histoire.

M. Fujita est également préoccupé par le fait que les jeunes générations au Japon en savent de moins en moins sur la vérité historique de la guerre, car les manuels scolaires abordent aujourd'hui rarement les crimes de guerre du Japon.

Beaucoup d'universitaires pacifistes, avocats et citoyens ordinaires ont organisé des activités un peu partout au Japon, exhortant le gouvernement à apprendre des erreurs de l'histoire et à dire la vérité à la population japonaise à propos de la guerre d'invasion, a poursuivi M. Fujita.

"J'espère que d'autres activités de ce type seront organisées, ce qui est très important pour le Japon. Il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour vaincre le révisionnisme historique, mais la justice finira par l'emporter", a-t-il conclu.

010020070770000000000000011100001368255241