french.xinhuanet.com

Tokyo devrait écouter la voix des Japonais qui demandent une réflexion sur la guerre (COMMENTAIRE)

Publié le 2017-08-15 à 22:38 | french.xinhuanet.com

Taille du Texte
T+ | T-

RSS

Partager


Une semaine d'actualités en images (du 14 au 20 août 2017)

L'Ethiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus élu directeur général de l'OMS

TOKYO, 15 août (Xinhua) -- Le gouvernement et les autorités japonais devraient prêter attention aux appels lancés par tous les pacifistes en faveur d'une réflexion sur son passé guerrier.

Lors d'une cérémonie marquant le 72e anniversaire de la capitulation du Japon, le Premier ministre Shinzo Abe a une fois de plus échoué à présenter des excuses sincères pour les agressions commises en Asie pendant la Seconde Guerre mondiale.

C'est la cinquième année consécutive que M. Abe échoue à se livrer à une "réflexion" à cette occasion depuis qu'il est redevenu Premier ministre en 2012, montrant encore une fois la réticence du gouvernement de droite à faire face honnêtement à l'histoire.

Par ailleurs, M. Abe a également fait envoyer une offrande rituelle mardi matin, en tant que chef du Parti libéral-démocrate (LDP), au sanctuaire de Yasukuni, où sont notamment honorés 14 criminels de guerre de classe A condamnés lors de la Seconde Guerre mondiale, au mépris des sentiments des habitants des pays voisins.

Au fil des ans, le gouvernement japonais a tenté de minimiser son rôle en tant qu'agresseur et de se poser comme victime en faussant les livres d'histoire et en insistant auprès des médias pour qu'ils ne publient pas la vérité.

Mais il a également à noter que des pacifistes tels que Tamaki Matsuoka, souvent appelé "la conscience du Japon", et d'anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale n'ont jamais cessé de transmettre aux jeunes générations la vraie histoire et d'appeler à la réflexion malgré l'obstruction et les menaces des forces d'extrême droite.

Ces efforts, combiné au fait que les preuves absolues des atrocités du Japon ne seront jamais complètement enterrées malgré les efforts des groupes d'extrême droite, font que de plus en plus de gens ouvrent les yeux et commencent à réfléchir.

L'un des exemples les plus récents est un documentaire diffusé par la chaîne publique japonaise NHK intitulé "La vérité sur l'Unité 731 d'Harbin".

Ce documentaire détaille les crimes horribles commis par l'Unité 731, une unité de recherche secrète chargée de développer des armes biologiques et chimiques pour l'Armée impériale japonaise et qui avait mené des expérimentations mortelles sur des cobayes humains pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le documentaire, qui a irrité les groupes d'extrême droite, a ouvert les yeux de nombreux Japonais, qui ont commencé à réfléchir à leur histoire.

Le gouvernement japonais et les forces d'extrême droite devraient prendre conscience du fait que la vérité ne peut être maquillée et que c'est seulement en réfléchissant à l'histoire que le Japon ne répétera pas ses crimes passés.

Par ailleurs, ce n'est qu'en regardant en arrière que le Japon pourra gagner le respect et la confiance de ses voisins asiatiques et du reste de la communauté internationale et commencer à prétendre être un pays normal dans le monde.

La cote de confiance dans le gouvernement Abe a drastiquement baissé récemment. D'après les sondages locaux, cette baisse est en grande partie due à une perte de confiance dans le Premier ministre et à la déception en sa politique.

Les sondages ont également montré que la majorité des Japonais continuent de s'opposer aux tentatives de l'administration Abe de réviser la Constitution pacifiste, ce qui est un objectif de longue date de M. Abe et de son parti.

Bien que le récent remaniement gouvernemental a un peu amélioré la cote de M. Abe, il est d'avis que cet effet pourrait rapidement s'estomper à moins que le gouvernement ne mette en place des politiques qui puissent apporter des bénéfices réels pour l'ensemble des Japonais.

Il est donc grand temps pour l'administration Abe de considérer sérieusement les meilleurs choix pour le Japon. Refuser d'apprendre du passé et accentuer les tensions régionales n'en font pas partie.

010020070770000000000000011107421365287681