french.xinhuanet.com
 

Premier vol réussi pour l'avion chinois C919

                 French.xinhuanet.com | Publié le 2017-05-05 à 19:06

CHINA-SHANGHAI-C919-MAIDEN FLIGHT (CN)

(Xinhua/Ding Ting)

BEIJING, 5 mai (Xinhua) -- Le premier moyen-courrier chinois, le C919, s'est envolé pour la première fois vendredi à Shanghai, marquant une importante réussite pour les capacités d'innovation de la Chine, ainsi que pour ses hautes technologies dans l'industrie de l'aviation et de l'aérospatiale.

L'avion de ligne bimoteur a décollé de l'aéroport international de Pudong à environ 14h00 (7h00 GMT), avec cinq membres d'équipage à bord, mais sans passagers. Ce vol marque l'entrée de l'important concurrent chinois dans le marché mondial de l'aviation.

DES EFFORTS DANS L'AVIATION

En seulement dix jours, la Chine a présenté avec succès son premier porte-avions et moyen-courrier, prouvant ainsi sa détermination pour mettre en oeuvre le plan "Fait en Chine 2025", visant à transformer la Chine, la faisant passer de géant industriel à puissance industrielle mondiale.

Douglas Royce, expert dans une compagnie de recherche aérospatiale, a expliqué à Xinhua que "le gouvernement chinois veut devenir indépendant et auto-suffisant dans tous les aspects liés à l'aviation, c'est donc autant un projet national qu'un projet commercial".

En 2007, le plan pour la construction d'un moyen-courrier a été approuvé par le Conseil d'Etat, et en novembre 2015, le premier C919 était prêt.

Le "C" de C919, fait référence à la Chine et à l'avionneur COMAC (Commercial Aircraft Corporation of China), le premier 9 symbolise "toujours" dans la culture chinoise, et le 19 représente les 190 sièges disponibles dans l'avion.

Avec une capacité standard de 4,075 kilomètres, cet avion est comparable à l'Airbus 320 et à l'avion de nouvelle génération Boeing 737.

Selon M. Royce, "le gouvernement chinois est engagé dans une démarche à long terme visant à rattraper l'Europe, les Etats-Unis et la Russie en matière d'aviation commerciale. Ceci n'est qu'une étape dans ce sens".

Michel Merluzeau, directeur d'AirInsightResearch, un groupe de conseil et d'analyse de marché dans le secteur aérospatial et de la défense, basé à Seattle, a confié à Xinhua être impressionné par le rôle du gouvernement chinois et de la COMAC, dans l'accélération et la mise en oeuvre des programmes d'innovation.

ACCES AU MARCHE INTERNATIONAL

23 clients étrangers et chinois, notamment la compagnie nationale de transport aérien Air China, et la compagnie de location GE Capital Aviation Service, ont déjà commandé 570 avions, selon la COMAC.

Dans les années 2030, la COMAC sera devenue un important partenaire pour la chaîne mondiale d'approvisionnement dans le secteur aérospatial, grâce à la croissance de la chaîne d'approvisionnement en Chine et chez ses partenaires, mais également à l'importance accrue du marché, prévoit M. Merluzeau.

S'agissant de concurrencer Airbus et Boeing, il faudra être patient, a expliqué M. Royce : "Au moins dans les premières années de service, la demande va se concentrer sur le marché chinois et quelques marchés satellites", les deux leaders mondiaux, et plus grands rivaux de l'avionneur chinois, s'étant livré une féroce concurrence depuis des décennies.

Selon M. Merluzeau, la certification occidentale de l'avion chinois sera le plus grand défi pour l'avionneur. En effet, l'obtention d'une certification de l'Agence européenne de la sécurité aérienne et de l'Agence fédérale de l'aviation des Etats-Unis, serait une grande victoire pour le programme d'aviation, cette validation étant plus reconnue que la certification chinoise.

"S'ils l'obtiennent, je pense que le marché accessible au C919 sera grandement élargi", a ajouté l'expert.

M. Royce est persuadé que la COMAC deviendra l'un des principaux acteurs du secteur sur le long terme : "Ce n'est pas quelque chose qui arrivera dans la prochaine décennie, mais c'est plutôt un long processus qui nécessitera le soutien continu du gouvernement chinois."

   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10    >>|

 
Vous avez une question, une remarque, des suggestions ? Contactez notre équipe de rédaction par email à xinhuanet_french@news.cn
分享
A la découverte de l'intérieure du C919 en photos
A la découverte de l'intérieure du C919 en photos
Deux pandas géants seront envoyés à Copenhague
Deux pandas géants seront envoyés à Copenhague
Visiteurs à dos de chameau dans les montagnes de sable de Mingsha au Gansu
Visiteurs à dos de chameau dans les montagnes de sable de Mingsha au Gansu
Vêtements traditionnels en Chine
Vêtements traditionnels en Chine
Des sculptures miniatures à Taipei
Des sculptures miniatures à Taipei
Nouvelles photos de Wang Ou
Nouvelles photos de Wang Ou
Vues aériennes d'un bourg dans l'est de la Chine
Vues aériennes d'un bourg dans l'est de la Chine
Wang Luodan pose pour un magazine
Wang Luodan pose pour un magazine
Retour en haut de la page

Premier vol réussi pour l'avion chinois C919

French.xinhuanet.com | Publié le 2017-05-05 à 19:06

CHINA-SHANGHAI-C919-MAIDEN FLIGHT (CN)

(Xinhua/Ding Ting)

BEIJING, 5 mai (Xinhua) -- Le premier moyen-courrier chinois, le C919, s'est envolé pour la première fois vendredi à Shanghai, marquant une importante réussite pour les capacités d'innovation de la Chine, ainsi que pour ses hautes technologies dans l'industrie de l'aviation et de l'aérospatiale.

L'avion de ligne bimoteur a décollé de l'aéroport international de Pudong à environ 14h00 (7h00 GMT), avec cinq membres d'équipage à bord, mais sans passagers. Ce vol marque l'entrée de l'important concurrent chinois dans le marché mondial de l'aviation.

DES EFFORTS DANS L'AVIATION

En seulement dix jours, la Chine a présenté avec succès son premier porte-avions et moyen-courrier, prouvant ainsi sa détermination pour mettre en oeuvre le plan "Fait en Chine 2025", visant à transformer la Chine, la faisant passer de géant industriel à puissance industrielle mondiale.

Douglas Royce, expert dans une compagnie de recherche aérospatiale, a expliqué à Xinhua que "le gouvernement chinois veut devenir indépendant et auto-suffisant dans tous les aspects liés à l'aviation, c'est donc autant un projet national qu'un projet commercial".

En 2007, le plan pour la construction d'un moyen-courrier a été approuvé par le Conseil d'Etat, et en novembre 2015, le premier C919 était prêt.

Le "C" de C919, fait référence à la Chine et à l'avionneur COMAC (Commercial Aircraft Corporation of China), le premier 9 symbolise "toujours" dans la culture chinoise, et le 19 représente les 190 sièges disponibles dans l'avion.

Avec une capacité standard de 4,075 kilomètres, cet avion est comparable à l'Airbus 320 et à l'avion de nouvelle génération Boeing 737.

Selon M. Royce, "le gouvernement chinois est engagé dans une démarche à long terme visant à rattraper l'Europe, les Etats-Unis et la Russie en matière d'aviation commerciale. Ceci n'est qu'une étape dans ce sens".

Michel Merluzeau, directeur d'AirInsightResearch, un groupe de conseil et d'analyse de marché dans le secteur aérospatial et de la défense, basé à Seattle, a confié à Xinhua être impressionné par le rôle du gouvernement chinois et de la COMAC, dans l'accélération et la mise en oeuvre des programmes d'innovation.

ACCES AU MARCHE INTERNATIONAL

23 clients étrangers et chinois, notamment la compagnie nationale de transport aérien Air China, et la compagnie de location GE Capital Aviation Service, ont déjà commandé 570 avions, selon la COMAC.

Dans les années 2030, la COMAC sera devenue un important partenaire pour la chaîne mondiale d'approvisionnement dans le secteur aérospatial, grâce à la croissance de la chaîne d'approvisionnement en Chine et chez ses partenaires, mais également à l'importance accrue du marché, prévoit M. Merluzeau.

S'agissant de concurrencer Airbus et Boeing, il faudra être patient, a expliqué M. Royce : "Au moins dans les premières années de service, la demande va se concentrer sur le marché chinois et quelques marchés satellites", les deux leaders mondiaux, et plus grands rivaux de l'avionneur chinois, s'étant livré une féroce concurrence depuis des décennies.

Selon M. Merluzeau, la certification occidentale de l'avion chinois sera le plus grand défi pour l'avionneur. En effet, l'obtention d'une certification de l'Agence européenne de la sécurité aérienne et de l'Agence fédérale de l'aviation des Etats-Unis, serait une grande victoire pour le programme d'aviation, cette validation étant plus reconnue que la certification chinoise.

"S'ils l'obtiennent, je pense que le marché accessible au C919 sera grandement élargi", a ajouté l'expert.

M. Royce est persuadé que la COMAC deviendra l'un des principaux acteurs du secteur sur le long terme : "Ce n'est pas quelque chose qui arrivera dans la prochaine décennie, mais c'est plutôt un long processus qui nécessitera le soutien continu du gouvernement chinois."

   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10    >>|

010020070770000000000000011100001362602191