Un an après les attentats, la Belgique a une culture de la sécurité, affirme le ministre de la Sécurité (INTERVIEW)

Publié le 2017-03-24 à 01:19 | french.xinhuanet.com

Taille du Texte
T+ | T-

RSS

Partager


 

 

Par Grandesso Federico

BRUXELLES, 23 mars (Xinhua) -- "S'il y a une évolution positive en Belgique, c'est que nous avons maintenant beaucoup plus qu'avant une culture de la sécurité", a déclaré jeudi un haut responsable belge à Xinhua.

Le 22 mars 2016, deux attentats terroristes séparés ont frappé l'aéroport de Bruxelles et le système de métro de la ville, le bilan final sera de 32 morts (à l'exclusion de trois terroristes) et 320 autres blessés.

Mercredi, Bruxelles a accueilli plusieurs cérémonies de commémoration pour le premier anniversaire des attentats terroristes. Les attaques ont eu un impact considérable sur l'agenda politique et social de la Belgique, plaçant la sécurité comme la priorité absolue.

"Les gens sont conscients que la sécurité et l'investissement dans la sécurité est nécessaire", a dit à Xinhua Jan Jambon, vice-Premier ministre belge et ministre de la Sécurité et des Affaires intérieures.

"C'est vraiment un demi-tour pour la Belgique. Nous avons décidé de mettre en place un ensemble des 30 mesures et le gouvernement a distribué un budget, comme jamais auparavant, de plus d'un milliard d'euros jusqu'à présent", a précisé M. Jambon.

"Nous travaillons actuellement pour associer les forces 'humaines' et la technologie dans nos aéroports. Par exemple, à Zaventem (aéroport), nous avons un réseau de caméras intelligentes", a poursuivi le ministre.

"Ce que nous avons appris de l'aéroport de Tel-Aviv est de former les policiers à la détection des comportements afin qu'ils regardent le comportement des gens et s'ils voient quelque chose de suspect, ils mettent les gens de côté pour font une enquête.

"Nous mettons maintenant en place des caméras de reconnaissance faciale pour que la technologie se mélange avec la puissance humaine. Une fois mise en oeuvre dans les aéroports, nous l'étendrons également aux grandes gares internationales", a-t-il affirmé.

Pour ce qui concerne la sécurité ferroviaire, M. Jambon a précisé qu'après la directive de l'UE, les autorités sont maintenant en train de mettre en oeuvre le système d'enregistrement des noms des passagers (PNR).

La Belgique a conclu des accords avec les pays où elle a une liaison ferroviaire internationale - la Grande-Bretagne, la France, les Pays-Bas - pour mettre en oeuvre le système PNR sur les lignes Thalys et Eurostar, a-t-il dit.

"Nous devons vendre nos propres valeurs, nous avons laissé la porte ouverte à l'EI avec ses propositions ... Nous devons être plus convaincus en présentant nos valeurs et chances aux jeunes qui potentiellement ouverts à l'EI", selon le ministre.

"Dans le passé, nous n'avons pas fait assez d'efforts à ce sujet. Maintenant, il y a un changement complet, parce que nous sommes conscients de nos valeurs et de notre système", a expliqué le ministre.

En ce qui concerne la coopération transfrontalière contre le terrorisme, M. Jambon a déclaré que la collaboration au niveau de l'UE avait beaucoup progressé dans l'échange de données et le contrôle des frontières.

La Belgique a également coopéré avec de grandes sociétés Internet comme Facebook pour éliminer les sites de prédication à la haine sur internet. "Il y a une bonne collaboration maintenant avec ces sociétés", a indiqué M. Jambon.

Le ministre a également exprimé ses inquiétudes sur comment gérer les 3.000 à 5.000 militants européens de l'EI, qui se battent encore au Moyen-Orient, après la défaite de l'EI.

"Nous, avec tous les services de renseignement de l'UE, surveillons la situation", a déclaré M. Jambon.

"Nous savons qui est en Syrie ... Je suis confiant que quand ils bougeront à nouveau, nous pourrions les attraper", a ajouté le ministre.

french.xinhuanet.com

Un an après les attentats, la Belgique a une culture de la sécurité, affirme le ministre de la Sécurité (INTERVIEW)

Publié le 2017-03-24 à 01:19 | french.xinhuanet.com

Par Grandesso Federico

BRUXELLES, 23 mars (Xinhua) -- "S'il y a une évolution positive en Belgique, c'est que nous avons maintenant beaucoup plus qu'avant une culture de la sécurité", a déclaré jeudi un haut responsable belge à Xinhua.

Le 22 mars 2016, deux attentats terroristes séparés ont frappé l'aéroport de Bruxelles et le système de métro de la ville, le bilan final sera de 32 morts (à l'exclusion de trois terroristes) et 320 autres blessés.

Mercredi, Bruxelles a accueilli plusieurs cérémonies de commémoration pour le premier anniversaire des attentats terroristes. Les attaques ont eu un impact considérable sur l'agenda politique et social de la Belgique, plaçant la sécurité comme la priorité absolue.

"Les gens sont conscients que la sécurité et l'investissement dans la sécurité est nécessaire", a dit à Xinhua Jan Jambon, vice-Premier ministre belge et ministre de la Sécurité et des Affaires intérieures.

"C'est vraiment un demi-tour pour la Belgique. Nous avons décidé de mettre en place un ensemble des 30 mesures et le gouvernement a distribué un budget, comme jamais auparavant, de plus d'un milliard d'euros jusqu'à présent", a précisé M. Jambon.

"Nous travaillons actuellement pour associer les forces 'humaines' et la technologie dans nos aéroports. Par exemple, à Zaventem (aéroport), nous avons un réseau de caméras intelligentes", a poursuivi le ministre.

"Ce que nous avons appris de l'aéroport de Tel-Aviv est de former les policiers à la détection des comportements afin qu'ils regardent le comportement des gens et s'ils voient quelque chose de suspect, ils mettent les gens de côté pour font une enquête.

"Nous mettons maintenant en place des caméras de reconnaissance faciale pour que la technologie se mélange avec la puissance humaine. Une fois mise en oeuvre dans les aéroports, nous l'étendrons également aux grandes gares internationales", a-t-il affirmé.

Pour ce qui concerne la sécurité ferroviaire, M. Jambon a précisé qu'après la directive de l'UE, les autorités sont maintenant en train de mettre en oeuvre le système d'enregistrement des noms des passagers (PNR).

La Belgique a conclu des accords avec les pays où elle a une liaison ferroviaire internationale - la Grande-Bretagne, la France, les Pays-Bas - pour mettre en oeuvre le système PNR sur les lignes Thalys et Eurostar, a-t-il dit.

"Nous devons vendre nos propres valeurs, nous avons laissé la porte ouverte à l'EI avec ses propositions ... Nous devons être plus convaincus en présentant nos valeurs et chances aux jeunes qui potentiellement ouverts à l'EI", selon le ministre.

"Dans le passé, nous n'avons pas fait assez d'efforts à ce sujet. Maintenant, il y a un changement complet, parce que nous sommes conscients de nos valeurs et de notre système", a expliqué le ministre.

En ce qui concerne la coopération transfrontalière contre le terrorisme, M. Jambon a déclaré que la collaboration au niveau de l'UE avait beaucoup progressé dans l'échange de données et le contrôle des frontières.

La Belgique a également coopéré avec de grandes sociétés Internet comme Facebook pour éliminer les sites de prédication à la haine sur internet. "Il y a une bonne collaboration maintenant avec ces sociétés", a indiqué M. Jambon.

Le ministre a également exprimé ses inquiétudes sur comment gérer les 3.000 à 5.000 militants européens de l'EI, qui se battent encore au Moyen-Orient, après la défaite de l'EI.

"Nous, avec tous les services de renseignement de l'UE, surveillons la situation", a déclaré M. Jambon.

"Nous savons qui est en Syrie ... Je suis confiant que quand ils bougeront à nouveau, nous pourrions les attraper", a ajouté le ministre.

010020070770000000000000011100001361527591