french.xinhuanet.com

Journal de l'espace : les vers à soie, les laitues et s'endormir dans les étoiles

Publié le 2016-11-18 à 12:45 | french.xinhuanet.com

Taille du Texte
T+ | T-

RSS

Partager


Une semaine
d'actualités

Une semaine d'actualités en images (du 14 au 20 novembre 2016)

people

Donald Trump, nouveau président élu des Etats-Unis (PORTRAIT)

(新华社特约记者太空日记·图文互动)(2)世界航天史上第一堂“天地联讲科普课”上线播出

Par les envoyés spéciaux de l'Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle) Jing Haipeng et Chen Dong

A BORD DE TIANGONG-2, 18 novembre (Xinhua) -- Tous les matins, nous nous réveillons, en saluant la Terre et les étoiles, et commençons une nouvelle journée dans l'espace avec la même routine : s'habiller, se laver, se brosser les dents, se raser...

Nous commencerons notre voyage de retour demain (texte écrit le 17 novembre). Aujourd'hui, c'est l'heure d'une leçon spatiale pour les enfants de la Terre.

Tout d'abord, parlons de l'expérience des vers à soie conçue par des lycéens hongkongais pour étudier le comportement des insectes dans des conditions de microgravité.

Sur les six vers à soie transportés à bord du laboratoire spatial Tiangong-2, cinq ont fait des cocons. Nous les avons mis dans des boîtes réfrigérées. Le sixième n'est pas aussi fort que les autres, et ne bouge pas beaucoup.

On récolte ce que l'on sème. Lors de ce long voyage spatial, comment peut-on avoir des légumes ? La réponse est simple : nous les cultivons nous-mêmes. Il s'agit de la première fois que des astronautes chinois font pousser des légumes dans l'espace. Nous avons cultivé des laitues cette fois-ci.

Nos laitues semblent particulièrement fraîches et même plus vertes que celles sur Terre, alors que nous nous en occupons seulement dix minutes par jour.

Malheureusement, nos laitues n'ont qu'un but expérimental, et ne sont pas destinées à être mangées, mais je pense ce sera le cas dans le futur.

Certains enfants doivent se demander pourquoi nous testons dans l'espace les technologies liées à l'interaction entre le cerveau et l'ordinateur, alors que nous pouvons le faire sur Terre. Il n'y a pas de consensus sur le fait que l'environnement spatial affecte ou non un électroencéphalogramme, et notre expérience vise à chercher la réponse.

Notre programme spatial sportif comprend la course, le cyclisme et des exercices avec des câbles, ainsi que des acrobaties telles que faire le poirier, des pirouettes et du tai-chi en apesanteur.

A la fin d'une journée chargée, nous avons un peu de temps libre avant de nous coucher. Nous prenons des selfies pour conserver des souvenirs personnels de ce voyage inoubliable, ou nous allons simplement au hublot, contempler la belle planète bleue, qui s'appelle la Terre. Elle est si belle, n'est-ce pas?

Lire aussi:

Journal de l'espace : De Tiangong à la Terre, j'ai finalement appris à courir

010020070770000000000000011101841358398521