french.xinhuanet.com

Il est temps pour les Etats-Unis de revoir leur stratégie de rééquilibrage vers l'Asie (COMMENTAIRE)

Publié le 2016-09-08 à 12:00 | french.xinhuanet.com

Taille du Texte
T+ | T-

RSS

Partager


Une semaine d'actualités en images (du 29 août au 4 septembre 2016)

La couturière française Sonia Rykiel décède

VIENTIANE, 8 septembre (Xinhua) -- A l'heure où le rideau s'apprête à tomber sur le dernier Sommet de l'Asie orientale du président américain Barack Obama ce jeudi, il est temps pour Washington de faire sérieusement le bilan de sa politique de rééquilibrage vers l'Asie.

Contrairement à la majorité de ses prédécesseurs, qui centraient leur attention sur le Moyen-Orient, M. Obama a cherché à devenir le premier président américain tourné vers le Pacifique, et à renforcer et à étendre la présence américaine en Asie.

Pourtant, ces dernières années ont prouvé à plusieurs reprises que sa stratégie globale, la politique américaine de rééquilibrage vers l'Asie-Pacifique, n'était qu'un plan à la vision étriquée visant à maintenir l'hégémonie du pays au détriment de la paix et de la stabilité dans la région.

Tout le monde sait que la Chine, en tant que grand pays dont la puissance nationale et l'influence internationale ne cessent de croître, est dans la ligne de mire des Etats-Unis. Bien que le gouvernement de M. Obama ne l'ait jamais reconnu explicitement, il tente de déployer en Corée du Sud un système de défense antimissiles de pointe qui dépasse largement les besoins de sécurité de Séoul, et était derrière la procédure d'arbitrage requise par l'ancien gouvernement philippin sur la question de la mer de Chine méridionale.

Bien que certains pays de la région se soient laissés influencer, la plupart n'ont pas été dupes. Lors d'une réunion qui s'est tenue en juillet dans la capitale laotienne Vientiane à la suite de l'arbitrage puéril soutenu par les Etats-Unis, les ministres des Affaires étrangères des nations de l'Asie du Sud-Est ont rejeté les mesures anti-chinoises et appelé à régler les différends maritimes par des négociations.

L'indépendance d'esprit de la plupart des pays d'Asie n'est qu'une des raisons qui expliquent pourquoi Washington perd de son charme. Il est en outre de plus en plus difficile pour les Etats-Unis de placer leurs pions et de mettre à exécution leur stratagème.

D'une part, le pilier économique de leur politique, le partenariat transpacifique (TPP), est branlant. Le mandat du gouvernement de M. Obama arrivera à son terme dans moins de cinq moins, et le rejet de ce traité est l'un des rares points sur lesquels s'accordent les candidats des deux principaux partis américains à la présidentielle, Hillary Clinton et Donald Trump, qui sont pourtant à couteaux tirés.

Même si ce pacte commercial était approuvé et entrait en vigueur, son potentiel serait très limité, car la première puissance commerciale mondiale et le plus grand partenaire commercial de nombreux pays de la région, la Chine, serait exclue de cet accord.

D'autre part, il reste aux Etats-Unis le pilier militaire. Le Pentagone a déclaré publiquement qu'il déploierait 60% de ses forces navales et aériennes en Asie-Pacifique. Outre ses intentions dans la région, les coupes budgétaires transversales et les troubles sans fin au Moyen-Orient ont achevé d'embourber le pays.

Les intentions du gouvernement de M. Obama qui ont motivé le redéploiement des ressources militaires sont claires comme le jour : Washington doit continuer à commander dans la région économique la plus dynamique au monde.

Cette doctrine visant à asseoir l'hégémonie des Etats-Unis en Asie est vouée à l'échec. Elle est incompatible avec les caractéristiques du monde d'aujourd'hui, qui sont la paix, le développement et la coopération. Elle menace également les perspectives radieuses de la région et portera atteinte aux intérêts des Etats-Unis sur le long terme.

Les Etats-Unis sont un acteur de premier plan en Asie-Pacifique, mais la région appartient à ceux qui y vivent. Beijing a donc pleinement le droit de demander à Washington d'y jouer un rôle constructif.

Si les Etats-Unis veulent vraiment la paix et la prospérité en Asie-Pacifique, il est temps qu'ils adoptent une nouvelle politique dans la région et enterre celle du "pivot" vers l'Asie.

010020070770000000000000011100001356721811