french.xinhuanet.com

En déployant un bouclier antimissile bien plus menaçant que Pyongyang, Séoul ouvre la voie à une catastrophe stratégique (COMMENTAIRE)

Publié le 2016-08-08 à 18:30 | french.xinhuanet.com

Taille du Texte
T+ | T-

RSS

Partager


Une semaine d'actualités en images (du 1er au 7 août 2016)

JO 2016/10m Pistolet à air(F): Zhang Mengxue apporte à la Chine sa première médaille d'or

BEIJING, 8 août (Xinhua) -- En déployant le système de défense antimissile américain THAAD sur son territoire, le gouvernement sud-coréen est en train de faire une erreur de jugement historique et de l'utiliser comme piètre excuse pour tenter de monter Beijing contre Pyongyang.

Cette décision mènera à une catastrophe sur la péninsule coréenne et détruira la confiance politique mutuelle et les relations économiques que Séoul a forgé à grand-peine avec ses voisins d'Asie du Nord-Est.

Pour défendre la décision impopulaire d'installer le bouclier THAAD (Terminal High Altitude Area Defense) dans le comté de Seongju, au sud-est de Séoul, un porte-parole du gouvernement sud-coréen a qualifié dimanche les critiques de la Chine de "déraisonnables" et tenté de noyer le poisson en rejetant la faute sur les "menaces nucléaires et de missiles" posées par la République populaire démocratique de Corée (RPDC).

Ce que ce porte-parole a omis de préciser, c'est que les propositions de Pyongyang de suspendre les activités militaires et nucléaires des deux parties ont à plusieurs reprises été rejetées froidement par Washington et Séoul, qui ont mené des exercices militaires fréquents et fait voler des bombardiers B-52 à capacité nucléaire au-dessus de la péninsule coréenne, manifestant clairement leur hostilité envers Pyongyang.

Jusqu'alors, ces mesures visaient seulement la RPDC. Mais à présent, avec leur décision de déployer le THAAD, qui peut surveiller une vaste partie du territoire de la Chine et de la Russie, les Etats-Unis et la Corée du Sud ont suscité la colère des deux pays, qui estiment que leur sécurité nationale est gravement menacée.

Il ne fait aucun doute que Séoul commet une erreur stratégique en portant atteinte aux intérêts fondamentaux de ses deux puissants voisins au prix de sa propre sécurité et dans l'intérêt seul des Etats-Unis.

Le déploiement du système THAAD repose sur des bases fragiles. En effet, celui-ci est incapable d'intercepter les missiles à courte portée de Pyongyang, et il ne peut pas non plus protéger Séoul, la ville la plus peuplée de la Corée du Sud, qui se situe loin du comté de Seongju.

En revanche, les fortes capacités d'espionnage du système THAAD signifient que la zone où il sera déployé sera l'une des premières cibles détruites en cas de conflit.

En permettant aux Etats-Unis de déployer le système THAAD sur son territoire, le gouvernement sud-coréen a apporté plus de danger que de sécurité à son peuple, et a fermé la porte à la paix et à la réconciliation dans la péninsule coréenne.

A présent, face à la menace commune à leur sécurité nationale posée par Washington et Séoul, la Chine et la Russie, ainsi que d'autres pays de la région, n'auront d'autre choix que de collaborer étroitement pour y riposter.

Selon certains observateurs, les seuls bénéficiaires de ces troubles en Asie du Nord-Est sont les Etats-Unis, car Washington tire prétexte de la "nécessité" de sa présence militaire dans la région pour rester une puissance mondiale dominante.

Si Séoul et Pyongyang apaisent progressivement leurs tensions, la présence militaire de Washington en Corée du Sud sera difficile à justifier. C'est pourquoi Washington a souvent découragé Séoul d'engager des pourparlers avec Pyongyang et insisté sur l'importance d'organiser des exercices militaires.

La Corée du Sud devrait tirer des leçons des résultats désastreux des conflits au Moyen-Orient et revenir sur sa décision de déployer le THAAD avant de devenir la poudrière de l'Asie du Nord-Est.

L'avenir de la péninsule coréenne passe par des échanges constructifs et le développement commun des pays de la région, avec pour objectif ultime la réconciliation progressive entre Séoul et Pyongyang. Or, le déploiement du bouclier THAAD va clairement dans la direction opposée.

Lire aussi:

>>> Déploiement du THAAD : la meilleure garantie pour la sécurité de Séoul ? Le bon voisinage (COMMENTAIRE)

BEIJING, 3 août (Xinhua) -- Ce dont la Corée du Sud a besoin pour garantir sa sécurité nationale est d'entretenir des relations de bon voisinage et non pas le bouclier antimissile américain THAAD, qui représente une menace pour les intérêts de ses voisins, dont la Chine.

010020070770000000000000011107421355761641